Langue et Culture arabes
Accueil

Nasser et son temps

vendredi 19 juin 2015 par Mohammad Bakri


Les clés du Moyen-Orient


Les clés du Moyen-Orient
Par Anne-Claire de Gayffier-Bonneville
Article publié le 20/01/2015


Agrégée et docteur en histoire, Anne-Claire de Gayffier-Bonneville est maître de conférences à l’Inalco.

Son ouvrage L’échec de la monarchie égyptienne 1942-1952 (Le Caire, IFAO, 2010) a reçu le prix Joseph du Teil 2011 de l’Académie des sciences morales et politiques.

Ouvrez un manuel scolaire français d’Histoire de terminale dont le programme traite de la seconde moitié du XX°s, vous y trouverez presque à coup sûr une photo de Nasser. C’est dire combien Nasser est une figure de son temps. Il a certes bouleversé l’histoire égyptienne en organisant le coup d’Etat du 23 juillet 1952 qui renverse la monarchie. Mais l’établissement d’un nouveau régime, dont le pouvoir égyptien actuel est l’héritier ne saurait, à lui seul, donner à Nasser la place qu’il occupe dans l’histoire de la seconde moitié du XX° siècle. Nasser est le miroir du peuple égyptien et l’extraordinaire communion qui s’établit entre lui et la population d’Egypte en témoigne mais il est bien plus que cela : il porte les aspirations des peuples qui sortent de la période coloniale. Et dans cette période un peu trouble d’éclosion des potentialités mais également de guerre froide entre deux projets de développement et de société, Nasser esquisse, avec quelques autres, Nehru, Tito, la possibilité d’une troisième voie, celle du non-alignement sur l’un des deux Grands, les Etats-Unis ou l’Union soviétique.

L’objectif de cet article est d’essayer de mettre en lumière ce qui, dans l’action politique de Nasser, vient rencontrer les attentes profondes du Tiers monde et fait de l’homme le représentant d’une génération.

La prise du pouvoir par Nasser et le départ des troupes britanniques

Lorsque les Officiers libres prennent le pouvoir en juillet 1952, l’Egypte est formellement indépendante depuis trente ans mais les troupes britanniques continuent de stationner à proximité du canal de Suez. Or, cette présence militaire a permis à l’ambassadeur de Grande-Bretagne, dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale, de faire pression sur le roi Farouk et de lui imposer un président du Conseil. C’était le 4 février 1942. Aussi, dès la fin du conflit mondial, les Egyptiens réclament le départ des troupes britanniques pour gagner une indépendance pleine et entière. Mais ni les trois séries de négociations, en 1946, en 1948 et en 1950, ni le recours à l’arbitrage du Conseil de sécurité en 1947 n’ont permis aux Egyptiens d’obtenir satisfaction. La tension devient très forte autour de cette présence militaire étrangère à la fin de l’année 1951, après la décision du gouvernement de Nahhas pacha de dénoncer unilatéralement le traité de 1936, faute d’être parvenu à le renégocier.

Entre octobre 1951 et janvier 1952, des affrontements ont régulièrement lieu dans la zone du canal de Suez, auxquels d’ailleurs Nasser prend plus ou moins part. Son épouse Tahia raconte dans ses mémoires : « Gamal m’a dit que les armes que je voyais à la maison étaient transférées vers Suez et vers les lieux où se trouvaient des Anglais pour les tuer afin qu’ils se sentent en insécurité dans notre pays. Il m’a expliqué que les plans étaient élaborés ici à la maison, et chaque personne qui devait se rendre à Suez devait passer le voir d’abord. Je lui ai demandé s’il y allait lui aussi, il m’a répondu par l’affirmative. »

Le premier défi pour le nouveau pouvoir en 1952 est donc de régler la question de la base militaire britannique des bords du canal de Suez en obtenant que les forces qui y sont stationnées quittent l’Egypte. Il lui est même indispensable, s’il veut acquérir une certaine légitimité, de parvenir à un résultat là où la monarchie a échoué.

Les Officiers libres bénéficient précisément à cette époque de l’attention bienveillante de la nouvelle administration américaine arrivée au pouvoir au début de l’année 1953. Le secrétaire d’Etat américain, John Foster Dulles, inquiet des ambitions soviétiques, souhaite mettre sur pied un pacte de défense collective au Moyen-Orient mais il a conscience qu’il faut auparavant liquider le vieux conflit anglo-égyptien. Il propose ses bons offices à l’Egypte et à la Grande-Bretagne. Débutées en avril 1953, reprises en mars 1954, les conversations débouchent en juillet 1954 sur un accord qui prévoit l’évacuation des troupes britanniques dans un délai de vingt mois. Le 13 juin 1956, le dernier soldat britannique quitte l’Egypte ; soixante-quatorze ans se sont écoulés depuis le bombardement d’Alexandrie et le débarquement des troupes du général Wolseley. Dans les rues du Caire, des banderoles invitent le passant à « releve[r] la tête car les jours d’humiliation sont passés ».

Cependant les détracteurs de Nasser critiquent la possibilité laissée aux Britanniques de pouvoir revenir en cas de guerre ou de menace de guerre. Bien que les Egyptiens aient obtenu ce qu’ils demandaient depuis près de 20 ans, la liesse n’est pas générale. C’est d’ailleurs, dans ce contexte que Nasser est la cible d’un attentat perpétré à Alexandrie. Les Egyptiens voient notamment dans la Compagnie du canal de Suez le symbole de la dépossession de l’Egypte. Tant que le pays n’aura pas recouvré la totalité des droits générés par le transit sur le canal, les Egyptiens auront le sentiment d’une souveraineté amputée. Or, Ferdinand de Lesseps a obtenu de Muhammad Saïd une concession de 99 ans à partir de l’ouverture de la voie d’eau pour la Compagnie du canal ; ses droits expirent en 1968.

La nationalisation du canal de Suez

En juillet 1956, Nasser, exaspéré par l’attitude des Anglo-saxons qui multiplient les entraves à l’obtention d’un prêt pour la construction du Haut barrage, tente un audacieux coup de poker et nationalise la compagnie du canal de Suez. La nouvelle, accompagnée d’un immense éclat de rire, est accueillie avec un enthousiasme sans nom par les Egyptiens. Nasser offre sa revanche à un peuple qui se sent écrasé et humilié depuis des années. Les responsables politiques français et britanniques sont autant indignés par le coup de force de l’Egypte que par le rire de son président, « rire de la dérision […], grand hoquet de joie du Tiers Monde […], déculottée de l’Occident », note l’historien Marc Ferro.

Le risque toutefois est grand ; la dernière tentative de nationalisation menée au Moyen-Orient s’est soldée par un échec : en Iran, Mossadegh, après la nationalisation des pétroles, est d’abord confronté à un arrêt de la production liée au départ des Britanniques puis l’opération Ajax menée par la CIA permet de le renverser. D’ailleurs, d’emblée, la France et la Grande-Bretagne songent à mener une expédition punitive qui ferait tomber le trublion de la scène moyen-orientale – il faut bien voir qu’outre la nationalisation de la Compagnie du canal de Suez, l’Egypte de Nasser a refusé de participer au pacte de Bagdad, a signé un contrat d’achat d’armements avec la Tchécoslovaquie, a reconnu la Chine communiste et soutient la lutte engagée par les Algériens pour conquérir leur indépendance. Mais Français et Britanniques sont contraints par les Américains d’entamer une phase de négociations. Début septembre, ils optent pour la pression, espérant reproduire le précédent iranien. La Compagnie du canal prie les pilotes chargés de conduire les navires à travers la voie d’eau de cesser leur activité. Il s’agit de prouver l’incapacité de l’Egypte à gérer le canal, lui faire prendre conscience de sa réelle dépendance à l’égard de l’Occident et l’obliger à solliciter elle-même une aide extérieure. Mais, loin de parvenir à leur fin, les Européens essuient un nouveau camouflet, obligés d’admettre la réelle compétence des pilotes égyptiens assistés de collègues soviétiques, grecs, yougoslaves et d’Allemagne de l’Est.

Le jeu diplomatique se prolonge mais les gouvernements français et britanniques sont désormais résolus à user de la manière forte. Les plans d’une opération militaire conjointe sont élaborés. Le 22 octobre 1956, David Ben Gourion, Moshe Dayan et Shimon Pérès rencontrent secrètement Christian Pineau, Guy Mollet et Selwyn Lloyd dans une villa de Sèvres où, pendant deux jours, le schéma de l’intervention est mis au point.

La guerre de 1956 et ses conséquences en Egypte et dans le monde arabe

Dans la nuit du 29 au 30 septembre, conformément aux conventions de Sèvres, l’armée israélienne attaque l’Egypte. En dépit du tollé général que la manœuvre israélo-anglo-française déclenche sur la scène internationale, Londres et Paris ne renoncent pas à l’exécution de leur plan. Comme prévu, les parachutistes sautent dans la nuit du 5 novembre sur Port-Fu’âd et Port Sa‘îd ; le 6 novembre, les forces de l’expédition franco-britannique débarquent. Le président américain condamne l’« invasion » et l’Union soviétique menace la France, la Grande-Bretagne et Israël de l’emploi « de toutes les formes modernes d’armes destructives s’il n’était pas mis fin à l’expédition ». Quelques heures plus tard, le gouvernement britannique jette l’éponge. A son tour Paris annonce, à regret, la fin de l’opération. François Mauriac déplore un « Dien Bien Phu diplomatique ».

La déroute des Européens est le triomphe de Nasser. De chef politique, il prend la stature de za’îm, le guide. Il rend aux Egyptiens une assurance et une fierté que les échecs politiques répétés avaient finies par leur ôter. Plus encore, il les invite à aller au-delà de leurs rêves puisqu’après avoir obtenu le départ des troupes britanniques, il a osé défier l’Occident ; Nasser devient celui en qui l’Histoire se réalise. Il est celui auquel l’homme ordinaire est invité à s’identifier. Nasser, explique le journaliste de gauche Muhammad Sid-Ahmad, contemporain des événements, est « d’abord le gouvernant que le petit peuple [considère] comme entièrement sien. A ce titre, il est unique dans l’histoire de l’Egypte ». Les plus grands artistes contemporains contribuent à faire de Nasser un héros. Abd al-Halim Hafiz met ainsi sa voix au service du président : « Nous sommes ta vie et tes sourires et tu es notre vie. Nous nous réjouirons et tu exulteras de notre joie J ». C’est le premier grand chant écrit en l’honneur du raïs.

Hors d’Egypte, l’opinion arabe s’enflamme : c’est à tous les Arabes que Nasser rend leur dignité, même si, au plus fort du conflit, aucun des Etats de la région n’a amorcé le moindre geste de soutien au pays agressé. Indéniablement, le président de l’Egypte est devenu le leader du monde arabe, il « est capable, sur un discours ou sur une injonction de sa radio, de faire ‘sortir’ les foules arabes ».

Nasser avait également l’intuition de ce que le rayonnement de l’Egypte pouvait dépasser le cercle arabe et avait commencé à développer des liens avec les mouvements africains de lutte pour l’indépendance nationale. En 1955, est mis en place au Caire un bureau de « liaison africaine ». Avec l’affaire de Suez, Nasser devient, pour l’Afrique et les nations qui prennent leur indépendance, un mythe, l’icône de leur combat.

Le non-alignement

L’Egypte représente en outre un modèle spécifique de développement. Nelson Mandela rapporte dans ses mémoires la fascination qu’opérait l’Egypte sur sa génération : « En tant qu’étudiant, j’avais rêvé de visiter l’Egypte, le berceau de la civilisation africaine, le reliquaire de tant de beauté en art, j’avais rêvé de voir les pyramides et le Sphinx, de traverser le Nil, le plus grand fleuve africain. […] Pour nous, l’Egypte était un modèle important car nous pouvions constater par nous-mêmes le programme de réformes économiques socialistes lancé par le président Nasser. Il avait réduit la propriété privée de la terre, nationalisé certains secteurs de l’économie, engagé une industrialisation rapide, démocratisé l’enseignement et bâti une armée moderne. Beaucoup de ces réformes étaient précisément ce que l’ANC espérait réaliser un jour ».

Ce témoignage de Mandela est tout à fait important dans notre perspective d’étude. Il n’insiste pas sur le combat pour la souveraineté parce que ce n’est effectivement pas celui de l’Afrique du Sud. Il voit plutôt en Nasser, celui qui, dans le climat de guerre froide, cherche une troisième voie entre l’Ouest et l’Est, une alternative pour les pays en voie de développement.

Dès 1955, Nasser se rend avec une délégation, qui comprend d’ailleurs des membres du FLN, à Bandoeng où se réunissent pour la première fois ceux qui prônent l’idée du non-alignement. Ni l’Union soviétique, ni les Etats-Unis, ni les pays d’Europe n’y sont conviés. L’année précédente déjà, Nasser a manifesté sa volonté de ne pas entrer dans la logique des blocs, en refusant d’adhérer au pacte de Bagdad que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne téléguident en sous-main. Cette organisation de défense est, pour l’Egypte, une forme nouvelle et déguisée de tutelle occidentale. Nasser profite de la réunion de Bandoeng pour aborder la question de la fourniture en armes de l’Egypte. Héritage de l’Histoire, l’approvisionnement en armes et matériels des armées arabes dépend du monde occidental. Or, il est perçu comme largement insuffisant et bien trop contraignant, empêchant le renforcement du potentiel militaire. Entre le printemps et l’été 1955, un contrat dit « des armes tchèques » est secrètement négocié entre Le Caire et Moscou. L’Egypte s’émancipe du carcan dans lequel elle était tenue enfermée. En juillet 1956, le mouvement des non-alignés dans la continuité de la Conférence de Bandoeng, est créé à l’initiative de Nasser, Nehru et Tito, réunis tous trois à Brioni.

...

Lire l’article sur le site Les clés du Moyen-Orient


Les clés du Moyen-Orient propose aux internautes des informations et des expertises scientifiques, rigoureuses et en temps réel sur l’Histoire et l’actualité du Moyen-Orient.


A propos de l’image de cet article



Audiolangues - mp3 en arabe   Audiolingua - mp3 en arabe   Educasources - Accueil   EduSCOL - Le site d'information des professionnels de l'éducation   Le Bulletin officiel - Ministère de l'Éducation nationale   Portail langues   Portail national de ressources en langues vivantes   Réseau Canopé
Site national de Langue et Culture arabes
Responsable éditoriale : Mme Sophie Tardy, IGEN - Responsable de la rédaction : M. Ali Mouhoub, IA-IPR
Webmestre : M. Mohammad Bakri, Enseignant