Langue et Culture arabes
Accueil
Accueil du site > Actualités culturelles > Les documents de chancellerie en langue arabe au prisme de l’historicité

Colloque International

Les documents de chancellerie en langue arabe au prisme de l’historicité

Ecritures, lexique, syntaxe et intertextualité de ʿAbd al-Ḥamīd al-Kātib (m. 750) à al-Qalqašandī (m. 1418)

jeudi 26 septembre 2013 par Mohammad Bakri


La langue de chancellerie est la langue du pouvoir et des kuttāb (secrétaires-épistoliers). Avec eux, elle change et s’adapte au contexte politique régional. Élaborée par des lettrés qui maîtrisaient les textes de référence — le Coran, le ḥadīṯ, la poésie, les ouvrages de grammaire et les textes pragmatiques précédents —, elle les sollicite en fonction des présupposés idéologiques qui légitiment une direction politique spécifique. Usant du remploi comme d’un gage d’orthodoxie, politique ou religieuse, le saǧʿ de chancellerie, une fois les textes fondateurs établis, se défend de toute originalité ou innovation en même temps qu’il les promeut. En effet, malgré le conservatisme affiché, il évolue indubitablement et innove en permanence, permettant ainsi à des kuttāb célèbres d’être cités en exemple et de devenir des modèles pour leurs successeurs. Ce processus permet donc au corpus textuel de référence de croître avec le temps et d’intégrer à la tradition et aux auctoritates les plus anciennes des textes postérieurs. Jusqu’à présent, le saǧʿ a rarement été étudié comme écriture spécifique ayant ses propres codes. En raison des cloisonnements disciplinaires, ses usages « officiels » (sulṭāniyya) ont été en grande partie ignoré par les spécialistes de littérature, cependant que les historiens en négligeaient l’étude approfondie à cause de leur hermétisme relatif et de l’importance des éléments rhétoriques rendant leur accès difficile. Moins directement utilisables que les chroniques ou les ouvrages de géographie, pour l’histoire politique et/ou administrative qui a eu les faveurs de l’historiographie au xxe siècle, leur exploitation a été jusqu’à présent superficielle. Or cette documentation permet de comprendre les rouages de la pensée politique en terre d’Islam du Moyen Âge jusqu’à la colonisation. Ce colloque porte donc sur l’évolution des styles de chancellerie, sur leur diversité régionale et sur l’histoire de cette langue d’autorité, supposée obéir à des règles fixées définitivement par le Prophète ou par les premiers secrétaires de l’Empire de l’islam. Quelles sont les modalités techniques de l’innovation ? Sur quels plans, sémantique, lexical, syntaxique et/ou graphique, se manifeste-t-elle ? Ce sont donc moins les normes, les codes, les règles qui intéresseront ici, que les styles d’écriture, les variantes orthographiques, les graphies atypiques, la rature, la transgression des normes, la revitalisation sémantique, le néologisme et la variété des modes de citation coranique ou de référence au ḥadīṯ. Il s’agit de renouveler l’étude d’un corpus, considéré non comme un texte figé et sclérosé, technique et rébarbatif, mais comme un ensemble vivant, évolutif et diversifié. Pour cela, l’approche transdisciplinaire s’impose : grammairiens, linguistes, historiens, spécialistes de littérature et de poésie sont invités à réfléchir ensemble sur ces textes de chancellerie. Les bornes chronologiques sont définies en amont par les premiers textes qui se rattachent spécifiquement à l’inšā’, la création de chancellerie, soit le milieu du iie/viiie siècle, en aval par la compilation majeure du Ṣubḥ al-aʿšā’ d’al-Qalqašandī, soit la fin du viiie/xive siècle. Les contributions pourront soit porter diachroniquement sur l’évolution de la langue de chancellerie dans une même région, ou synchroniquement sur les différences entre principautés contemporaines, soit présenter en détail le manuscrit d’un texte de chancellerie — manuel ou formulaire, document de préférence original, mais aussi possiblement déjà édité —, ou décrire le type de modifications apportées à un texte de chancellerie lorsque, considéré comme modèle ou chef d’œuvre, il est cité par plusieurs auteurs successifs, dans leur ouvrage respectif. Les langues de communication seront le français, l’anglais et l’espagnol.

- Url de référence : CIHAM-UMR 5648
- Programme du Colloque
- Affiche du Colloque

En savoir plus sur le CIHAM-UMR 5648



Audiolangues - mp3 en arabe   Audiolingua - mp3 en arabe   Educasources - Accueil   EduSCOL - Le site d'information des professionnels de l'éducation   Le Bulletin officiel - Ministère de l'Éducation nationale   Portail langues   Portail national de ressources en langues vivantes   Réseau Canopé
Site national de Langue et Culture arabes
Responsable éditoriale : Mme Sophie Tardy, IGEN - Responsable de la rédaction : M. Ali Mouhoub, IA-IPR
Webmestre : M. Mohammad Bakri, Enseignant