Patrimoine architectural

Palais et maisons du Caire Iremam sur OpenEdition Books (freemium)

, par Mohammad Bakri


Les travaux de l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (Iremam) s’inscrivent dans une aire géographique vaste, allant des rivages méditerranéens de l’Afrique et du Levant au sud du Sahara, et de l’Atlantique au Golfe persique. Les études se rapportent à des échelles diverses, de la monographie locale (un village, une ville, un terroir) à la synthèse régionale intégrant tout ou partie de cette aire.


 Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman


Patrimoine architectural

Cette collection rassemble un ensemble de travaux menés autour de l’habitat. Ses ouvrages proposent une analyse détaillée des espaces civils et domestiques, associant l’étude des architectures à celles des fonctions et des éléments qui fondent la civilisation matérielle de l’aire arabo-musulmane. En présentant des travaux sur le cadre spatial dans lequel une civilisation s’est développée, ces ouvrages témoignent de la grande richesse des espaces étudiés.


Tome 1 : Époque mamelouke (XIIIe-XVIe siècles)

Jean-Claude Garcin, Bernard Maury, Jacques Revault et Mona Zakariya

L’ancienne architecture domestique du Caire étudiée ici se limite principalement aux résidences aristocratiques, sinon aux riches habitations musulmanes de l’époque mamelouke — bahrite et circassienne —. En effet, il n’a guère subsisté jusqu’à ce jour que les vestiges de certains palais princiers et de luxueuses demeures habitées autrefois par des émirs, officiers, notables et commerçants, appartenant à l’élite de la société cairote, indépendamment de certaines habitations particulières et collectives occupées autrefois par la moyenne bourgeoisie. Il n’a été possible de relever aucune trace apparente des habitations les plus modestes qui devaient former jadis les quartiers populeux, la fragilité de ces constructions en briques n’ayant pu résister à la ruine ou aux destructions également fréquentes. Au moment où l’art musulman de la Capitale égyptienne apparaît particulièrement brillant entre le xiiie et le xvie siècle (Pl. A), l’architecture mamelouke y vise à frapper l’imagination...

En savoir plus sur Iremam sur OpenEdition Books (freemium)


Tome 2 : Époque ottomane (XVIe-XVIIIe siècles)


Bernard Maury, André Raymond, Jacques Revault et Mona Zakariya

Planche A Carte du Caire et de ses environs (d’après la Description de l’Égypte). La ville au début du xvie siècle Il est très difficile d’écrire l’histoire du Caire à l’époque ottomane parce que nos informations de base sur le Caire mamelouk sont étonnamment lacunaires. Les données les plus élémentaires nous échappent presque totalement : nous ne disposons, en particulier, d’aucune carte définissant, avec quelque précision, l’extension de la zone bâtie, carte que notre connaissance des édifices mamelouks et que la qualité et l’abondance des sources devraient pourtant permettre de dresser. Il n’est donc pas surprenant que notre connaissance d’un élément moins directement accessible, la population, soit plus médiocre encore. On admet traditionnellement que la ville du Caire a atteint son apogée sous le long règne du sultan Nāṣir Muḥammad ibn Qalāwūn (entre 1293 et 1340). Plusieurs spécialistes du Caire considèrent que sa population aurait alors atteint 5 ou 600 000 habitants...

En savoir plus sur Iremam sur OpenEdition Books (freemium)

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)