La Sultane du Caire, Dima Droubi (Libanà, Roman Editions Zellige - Mars 2016

, par Mohammad Bakri


Editeur


Titre : La Sultane du Caire
Auteure : Dima Droubi
Editeur : Éditions Zellige
Parution : 01/03/2016
Format : 16 x 22,5 cm
Reliure : broché
Pagination : 352 pages
ISBN : 978-2-914773-73-7


Editions Zelige


Présentation
La fabuleuse histoire de l’unique femme à avoir régné sur une nation musulmane...”

Quelle est cette femme, belle et sensuelle, qui en 1250, prend la tête de l’armée égyptienne et défait le roi français Saint-Louis, lors de la 7ème croisade ?

Quelle est cette même jeune femme aux yeux d’émeraude, enlevée dans les steppes caucasiennes, vendue comme esclave au harem du prince héritier du califat de Bagdad, avant devenir Sultane d’Égypte et de Syrie ?

Elle s’appelle Chajarat ed-Or qui signifie « Arbre de pierres précieuses ». Elle est la seule femme de l’Histoire à avoir été élue Sultane, avec tous les attributs de pouvoir des sultans masculins. Son règne marque également la mainmise des Mamelouks sur l’Égypte.

En 1249, son mari, Sultan d’Égypte et de Syrie, petit-neveu de Saladin, trouve la mort. Elle cache son décès, prend la tête de l’armée mamelouke et capture Saint-Louis à la bataille de Mansourah. L’Égypte tout entière lui est reconnaissante. Elle fait alors assassiner l’héritier du trône et devient souveraine de l’Empire.

Les autorités religieuses et le Calife de Bagdad acceptent dif cilement qu’une femme puisse régner sur une nation musulmane. Elle trouve une parade en épousant Aybak, le chef de l’armée mamelouke, dont elle est d’ailleurs amoureuse. Elle lui con e le pouvoir tout en continuant à gérer avec une grande sagesse les affaires de l’État. Mais son excessive erté, conjuguée à son amour bafoué, aux trahisons et aux complots, ne peuvent qu’être annonciateurs d’un sombre avenir...

“Au travers de ce roman, qui s’appuie sur des faits historiques, l’auteure nous livre le parcours hors du commun d’une femme d’exception”

En savoir plus sur le site de l’éditeur


L’auteure

Dima Droubi, née à Beyrouth, a vécu en Syrie et dans différents pays avant de s’installer au Maroc il y a une dizaine d’années, où elle se consacre aujourd’hui à la création d’entreprises, à ses enfants et à l’écriture.



Agenda Culturel


Le 24/02/16
Agenda Culturel
Propos recueillis par Zeina Saleh Kayali


Dima Droubi et "La sultane du Caire"


Dima Droubi a des origines culturelles diverses. De nationalité française, elle est née à Beyrouth. La famille de son père est originaire de la ville de Homs en Syrie et celle de sa mère de la ville d’Alep, mais aussi de Turquie. Ce mélange fertile semble avoir été propice à stimuler l’imagination d’une jeune femme passionnée d’Histoire et d’histoires. Son premier roman, ‘La sultane du Caire’, se situe au XIIIe siècle et narre la vie de Chajaret ed-Or, unique sultane des empires arabo-musulmans.

Comment êtes-vous devenue romancière ?

J’adore l’histoire depuis mon plus jeune âge. Je suis une nostalgique qui croit que notre présent découle forcément de notre passé et surtout de la façon dont il est raconté et transmis.

Pour moi, l’histoire est vivante. Ce n’est pas seulement des dates et des événements marquants, mais ce sont des hommes et des femmes dont les actions et visions des choses ont des fois un impact direct sur le cours de l’histoire parfois jusqu’à aujourd’hui. L’histoire est faite de relations et d’émotions autant que de décisions et d’intérêts croisés. L’histoire de Chajarat ed-Or s’est imposée à moi. Je ne l’ai pas choisie autant qu’elle m’a choisie. En lisant les romans sur les vies et les époques des grandes reines de l’Europe, je me suis rendu compte qu’il fallait raconter ainsi les vies des femmes d’exception en Orient. J’ai été aussi influencée par le livre ‘Sultanes oubliées’ de Fatima el-Marnissi où elle appelle les femmes arabes à assumer la responsabilité de la transmission de leur histoire car il est clair aujourd’hui que personne ne va le faire à leur place.

A travers la personnalité de Chajaret ed-Or, vous voulez rendre hommage à toutes les femmes qui ont essayé de transcender un destin préétabli. Comment avez-vous eu vent de cette extraordinaire héroïne et de sa vie ?

J’ai lu son histoire quand j’étais adolescente. Elle m’a marquée profondément et m’a fait rêver.

Savoir qu’une femme a réussi à accomplir ce qui est considéré de l’ordre de l’impossible dans notre culture est enivrant. Même si Chajarat ed-Or a fini par payer le prix fort, elle a quand même réussi à s’imposer et faire reconnaître ses compétences publiquement par les hommes forts de son époque. À commencer par son premier mari el-Saleh Ayub qui a cru en elle et l’a élevée avec lui aux plus hautes positions de l’Etat.

Etes-vous une rebelle ?

Je ne pense pas l’être. Je suis plus une femme de son époque qui veut que le rôle et les mérites de la moitié féminine de la société soient reconnus et appréciés sans essayer de les brider et les minimiser. Les femmes ont déjà beaucoup de rôles actifs et elles influencent profondément l’évolution de la société, mais on évite de reconnaître publiquement l’importance de leurs actions. À l’époque de Chajaret ed-Or, le rôle des favorites et des femmes de pouvoir était accepté tant qu’elles l’exerçaient à travers un homme. Chajarat ed-Or a dérangé quand elle a voulu gouverner seule et de façon publique.

Y a-t-il d’autres personnalités de femmes exceptionnelles auxquelles vous avez envie de consacrer des ouvrages ?

Absolument. Des princesses, des poétesses, des guerrières et des femmes de sciences. Mon rêve est de les faire revivre à travers les événements historiques de leur époque et celle de mon imagination nourrie des 1001 nuits et des saveurs de l’Orient fabuleux.

Sur le site de l’Agenda Culturel


L’Agenda Culturel est, depuis son lancement en 1994, la seule publication spécialisée dans la promotion des activités culturelles au Liban et la première en son genre dans le monde arabe. Média de référence, l’Agenda Culturel est un acteur majeur du développement de la vie culturelle et communique l’image d’une société en évolution en répertoriant les activités qui animent la vie culturelle du pays.


Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)