Patimoine - تراث

La restauration du Khan al-Wakala à Naplouse : un parcours du combattant patrimonial Par Véronique Bontemps, Institut français du Proche-Orient

, par Mohammad Bakri


Institut Français du Proche-Orient (Ifop)


En septembre 2012, s’est ouverte au Khan al-Wakala – un ancien caravansérail de la vieille ville de Naplouse – une exposition d’artisanat local intitulée « Perspectives nouvelles » (talât jadîda). La ministre palestinienne de la Culture, puis le maire de la ville, se sont succédé sur l’estrade : mobilisant la rhétorique du sumûd (mot désignant la résistance continue des Palestiniens à demeurer sur leur sol), leurs discours ont établi un lien entre préservation des compétences du passé et ouverture d’horizons pour l’avenir.

L’événement avait aussi pour but de présenter au public l’achèvement de la restauration du khan, effectuée conjointement par la mairie et l’UNESCO avec des fonds de l’Union européenne : initié à la fin des années 1990, ce projet a survécu non seulement à la deuxième Intifada, mais aussi aux soubresauts consécutifs à la victoire du Hamas aux élections municipales de 2005. L’histoire de la restauration du Khan al-Wakala peut donc être considérée comme emblématique des difficultés quotidiennes découlant de l’occupation israélienne, ainsi que des contraintes liées à la dépendance de la sauvegarde du patrimoine palestinien par rapport à l’aide internationale. Le résultat témoigne d’une forme de concurrence entre diverses conceptions du patrimoine urbain en Palestine ; en outre, il pose l’enjeu de la réappropriation de ce patrimoine par les communautés locales...

En Ligne : http://ifpo.hypotheses.org/4632
Véronique Bontemps, « La restauration du Khan al-Wakala à Naplouse : un parcours du combattant patrimonial   », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 17 décembre 2012.


Les Carnets de l'Ifpo

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)