قرأنا لكم

L’homme qui regardait la nuit, Gilbert Sinoué (France), Roman الرجل الذي نظر إلى الليل، جيلبير سينويه (فرنسا)، رواية

, par Mohammad Bakri


 Editeur


Gilbert Sinoué
Auteur(s) : Gilbert Sinoué
Editions : Flammarion
Collection : Littérature Française
Parution : 26/09/2012
Titre : L’homme qui regardait la nuit
EAN : 9782081219137


Editions Flammarion


Gilbert Sinoué est à la fois écrivain et historien.
Né au Caire, où il a vécu jusqu’à l’âge de 18 ans. Arrivé en France en 1968. Il est l’auteur de 17 romans, essais et biographies, parmi lesquels Le Livre de Saphir, Prix des Libraires 1996, L’Enfant de Bruges, Les Silences de Dieu, Grand Prix de littérature policière, Des jours et des nuits qui a fait l’objet d’une série télévisée sur France 3 avec Stefan Freiss et Caterina Murino et Moi Jésus.
Il est aussi le coauteur et coscénariste de la série télévisée diffusée en trois épisodes sur en 2008, sur M6, La légende des trois clefs.

Sur le site des Editions Flammarion


Présentation

Grèce. Patmos. Un homme regarde la nuit. Et sa vie, et son destin, et son passé. Il s’appelle Théophane, chirurgien français, d’origine égyptienne. Il a tout quitté et choisi de s’exiler sur cette île, anonyme parmi les anonymes, alors qu’il était au plus haut de sa gloire. Pourquoi cet exil ? Que cache ce besoin farouche de taire son passé ?

Est-ce le hasard qui l’amène à croiser la route de la jeune Antonia, clouée dans un fauteuil roulant, celle de son frère, le petit Alexis, de leur mère, la fantasque Béba ? La volonté qui le gagne peu à peu d’aider la jeune handicapée à recouvrer un certain usage de ses membres tient-elle à l’étonnante personnalité de la jeune grecque, ou à un besoin de rédemption qui l’anime en secret ? Qui est vraiment Taymour, son jeune fils, auquel il livre certains soirs tant de confidences ? Faudra-t-il à l’homme qui s’abîmait dans la nuit déchirer le voile des souvenirs, des regrets et des remords pour, enfin, vivre aussi pleinement que ceux qu’il aide ?

Roman sur le destin, l’exil, la passion, l’art de regarder ses peines en face sans les enfouir au point d’en mourir et d’en assécher son cœur, ce nouveau texte de Gilbert Sinoué est une réussite. Vibrant d’émotions, il emporte le lecteur dans une aventure intime et envoûtante où chacun se retrouve face à ses propres blessures.

En savoir plus sur le site des Editions Flammarion



 جريدة الحياة


الخميس ٧ مارس / آذار ٢٠١٣
جريدة الحياة
باريس - « الحياة »


جريدة الحياة


جيلبير سينويه يهجر التاريخ


في رواية « الرجل الذي نظر إلى الليل »، الصادرة حديثاً عن دار « فلاماريون »، يدخل فيها جيلبير سنيويه منعطفاً جديداً في كتابته الإبداعية. الكاتب الفرنسي اللبناني الأصل، الذي قضى طفولته في مصر، عُرف بكتابة الرواية التاريخية، ولا سيّما تاريخ الشرق الذي أسره. إلّا أنّه يهجر، في عمله الجديد، الكتابة التاريخية ليروي تاريخ الذات، ذات الكاتب نفسه التي تحضر في الرواية.

لا ندري ما إذا كان بطل الرواية هو سينويه نفسه أو قرينه، أو ربما توأمه. إنّ أوجه الشبه بين الدكتور تيوفان ديبّاني والروائي جيلبير سينويه واضحة، ولا تحتمل الشكّ. فكلاهما يلتقي في نقطة تقاطع الثقافات والحضارات، والمصائر أيضاً. « هذا الكتاب يعني لي الكثير. وضعت فيه الكثير منّي، من ذاتي، وهذا ما لم أصنعه في أيّ عمل آخر ».

وإذا كانت الشهرة والنجاح تنتظرهما في وطنهما بالتبنّي (فرنسا)، الأول كجرّاح والثاني كأديب، إلّا أنّ ثِقل الجذور يبقى مصدر الألم الدائم لكليهما. ويقول سينويه : « وصلنا إلى فرنسا، اعتقدنا أننا في ديارنا. اندمجنا في المجتمع وحققنا الشهرة. كلانا، أنا ككاتب وبطلي تيوفان كطبيب. لكنّ هذا لم يلغِ مشكلتنا. والاندماج في الحقيقة كلمة واهية ومُخيفة. فإلى أي حدّ علينا أن نقلتع ذواتنا حتى نتماهي في المجتمعات الأخرى، ونُصبح على هيئة الآخر؟ ».

الشرق الذي طالما كان حاضراً دوماً في أعمال جيلبير سينويه السابقة، موجود أيضاً في هذه الرواية وإنما كهوية، وليس كتاريخ.

وعــن هــاتيـن التــجـربتين يُوضح سينويه أنّ كتابة الرواية التاريخية تتطلّب منه التقيّد بما يحفظه التاريخ، وأن يظلّ ملتزماً بهذه المسألة وسالكاً هذه السكّة. أمّا كتابة رواية تغوص في الذات الإنسانية فإنّها تمنحك قوّة استثنائية، ويُضيف سينويه : « وأنا أكتب هذه الرواية كنت متحرراً من كلّ شيء، من التاريخ، وأيضاً من قيود الشكل والمضمون. تنقلت بحرية من غير أن أوجد لنفسي الأسئلة والحلول. شعرت بأنني أكتب وهواء الحرية يعصف من حولي ».

ولد سينويه في مصر من والد لبناني - سوري الأصل. هاجرت عائلة والده من لبنان بُعيد أحداث 1860 واستقرّت في مصر. اسمه الحقيقي جيلبير كسّاب، إلّا أنّه أحبّ تغيير كنيته إلى سينويه وفاءً لمصر التي ولد وعاش فيها أجمل سنوات عمره. « ونحن نمشي في طرق مصر الخمسينات، كنّا نسمع ثرثرات بلغات كثيرة : التركية، اليونانية، الإيطالية... كانت حينها وطن الانفتاح وتقبّل الآخر. أنا، المتحدّر من عائلة مسيحية كاثوليكية، كنت أجاور اليهودي والمسلم. مصر تلك كانت تماماً كغرناطة وقرطبة في القرن الخامس عشر ».

في الثانية عشرة من عمره هجر جيلبير وعائلته مصر بُعيد العدوان الثلاثي عليها أيّام عبدالناصر، إلّا أنّه حفظها في قلبه وعقله وغالباً ما استحضرها في أعماله.

جيلبير سينويه هو « الخواجة » في مصر والفرنسي في لبنان والعربي في فرنسا... وعن هذه الفوضى الثقافية التي يراها بعضهم ثراءً ويراها هو علّةً يكتب سينويه روايته « الرجل الذي نظر إلى الليل ».

عن موقع جريدة الحياة


"الحياة" صحيفة يومية سياسية عربية دولية مستقلة. هكذا اختارها مؤسسها كامل مروة منذ صدور عددها الأول في بيروت 28 كانون الثاني (يناير) 1946، (25 صفر 1365هـ). وهو الخط الذي أكده ناشرها مذ عاودت صدورها عام1988.

منذ عهدها الأول كانت "الحياة" سبّاقة في التجديد شكلاً ومضموناً وتجربة مهنية صحافية. وفي تجدّدها الحديث سارعت إلى الأخذ بمستجدات العصر وتقنيات الاتصال. وكرست المزاوجة الفريدة بين نقل الأخبار وكشفها وبين الرأي الحر والرصين. والهاجس دائماً التزام عربي منفتح واندماج في العصر من دون ذوبان.

اختارت "الحياة" لندن مقراً رئيساً، وفيه تستقبل أخبار كل العالم عبر شبكة باهرة من المراسلين، ومنه تنطلق عبر الأقمار الاصطناعية لتطبع في مدن عربية وأجنبية عدة.

تميزت "الحياة" منذ عودتها إلى الصدور في تشرين الأول (أكتوبر) 1988 بالتنوع والتخصّص. ففي عصر انفجار المعلومات لم يعد المفهوم التقليدي للعمل الصحافي راوياً لظمأ قارئ متطلب، ولم يعد القبول بالقليل والعام كافياً للتجاوب مع قارئ زمن الفضائيات والإنترنت. ولأن الوقت أصبح أكثر قيمة وأسرع وتيرة، تأقلمت "الحياة" وكتابها ومراسلوها مع النمط الجديد. فصارت أخبارها أكثر مباشرة ومواضيعها أقصر وأقرب إلى التناول، وكان شكل "الحياة" رشيقاً مذ خرجت بحلتها الجديدة.

باختصار، تقدم "الحياة" نموذجاً عصرياً للصحافة المكتوبة، أنيقاً لكنه في متناول الجميع. هو زوّادة النخبة في مراكز القرار والمكاتب والدواوين والبيوت، لكنه رفيق الجميع نساء ورجالاً وشباباً، فكل واحد يجد فيه ما يمكن أن يفيد أو يعبّر عن رأيٍ أو شعورٍ أو يتوقع توجهات.



 L’Orient-Le Jour


11/02/2013
L’Orient-Le Jour
Carole DAGHER


L'Orient-Le Jour


L’homme qui regardait la nuit, ou le roman d’une rédemption


Il fallait oser prendre un nouveau départ. Comme son héros, médecin renommé, qui plaque tout au faîte de sa gloire et s’exile sur une île grecque. Gilbert Sinoué, auteur de grandes sagas historiques qui sont autant de best-sellers et de classiques, a choisi de tourner une page de sa (brillante) carrière de romancier pour en écrire une autre, plus personnelle.

L’Homme qui regardait la nuit (éd. Flammarion), c’est lui ou son double. Français né au Caire, d’ascendance libano-syrienne, avec une grand-mère grecque, Gilbert Sinoué, comme le docteur Théophane Debbané, est à la croisée des chemins et des cultures, mais aussi de son destin. Lui aussi a besoin de s’arrêter pour faire le point, renouer le dialogue avec lui-même. Mais si le médecin cache (et fuit) un terrible secret et doit sa rédemption à une rencontre avec Antonia, jeune femme de 26 ans, paralysée dès son jeune âge à la suite d’une poliomyélite, le romancier, lui, a vécu son aventure littéraire comme « une grande libération », et son écriture a revêtu un aspect jubilatoire.

« C’est un livre qui m’est très cher et où j’ai mis sûrement plus de moi que dans mes romans précédents, explique Sinoué. Avec Théophane, c’est une autre vie qui s’ouvre. Sur le plan du style, j’use d’une liberté de ton et de dialogue que je ne pouvais pas employer auparavant. Quand on écrit un roman historique, on est enchaîné à l’histoire, il faut être dans les rails. Maintenant, je suis libéré des contraintes de forme et de fond. C’est une sensation de puissance extraordinaire que de pouvoir se déplacer sans restrictions, ne pas se poser de questions, faire venir un cheval à Patmos, comme je l’ai fait dans mon roman... C’est un vent de liberté qui souffle. »

Nul, autant que Gilbert Sinoué, n’a consacré tant d’ouvrages à narrer les convulsions historiques de son Levant natal. Puis « un jour, je n’ai plus eu envie de faire parler les morts. J’ai donné tout ce que j’avais en racontant l’Orient ».

Débarrassé de ce lieu des origines, Gilbert Sinoué ? Pas vraiment. « Certes, l’Orient est encore là dans mon dernier livre, mais c’est une histoire très proche de la mienne, et non plus un roman historique. »

Gilbert Kassab

Son histoire à lui ? Celle d’un éternel exilé, dans son pays d’adoption et de culture, la France, comme en Égypte, le pays de son enfance, ou au Liban, le pays de ses origines. De son vrai nom, Gilbert Kassab, il a choisi Sinoué par fidélité à cette Égypte des années 50 « où, marchant dans les rues, l’on entendait parler grec, turc, italien, dans un brassage culturel permanent ». C’était « un Orient d’extrême tolérance, où moi, de famille catholique, je côtoyais juifs et musulmans dans ce qui ressemblait alors à Cordoue et la Grenade du XVe siècle ». Puis à 10-12 ans, c’est l’arrachement : Gilbert est obligé de quitter Le Caire avec ses parents, à la suite de « l’attaque imbécile » lancée par les Israéliens, les Français et les Anglais en 1956, contre l’Égypte de Nasser, et les nationalisations qui ont suivi. « Dès que l’Occident intervient en Orient, c’est une catastrophe », commente celui qui a connu dès lors le destin d’un chrétien d’Orient exilé. Depuis, ce goût de paradis perdu ne l’a pas quitté, en dépit d’une vie foisonnante.

Parolier, dialoguiste, il compose des chansonnettes pour ses compatriotes Dalida, Claude François, mais aussi Isabelle Aubray, Marie Laforêt, Sheila, François Valéry. Jusqu’au jour où il décide de réaliser son rêve : être écrivain. « Dans la vie, il faut apprendre à changer de route à un certain moment », dit-il.

Les « khawagas »...

Si la reconnaissance et la célébrité sont au rendez-vous, le mal des origines est toujours là. Élevé chez les jésuites, avec le Lagarde et Michard en guise de bible, Gilbert Sinoué parle du drame de son héros, qui est aussi le sien : « On arrive en France, on pense être chez soi, bien intégré, puis on devient un grand écrivain (ou un grand chirurgien, dans le cas de Théophane), mais tout cela n’est pas vrai. »
Intégré : le mot est lâché. « Bien sûr qu’il faut s’intégrer, mais ce mot me fait peur car je me demande à quel moment on ne se désintègre pas en voulant devenir l’autre. »

Le romancier décide alors de se poser les vraies questions. « Où que j’aille, je suis out of place, un étranger. Pendant longtemps j’ai pensé que ce n’était pas une souffrance, j’ai voulu jouer la comédie, confie-t-il. En fait, on trimballe un mal dans les racines. En France, je suis l’Égyptien ou le Libanais de service ; en Égypte, on me demande d’où je viens, et cela me ramène à mon adolescence, à l’époque où mon père et mon grand-père étaient considérés comme des khawagas, des messieurs (ils avaient fui les massacres de 1860 au Liban et en Syrie), donc pas tout à fait égyptiens. Je suis tout simplement dans un état culturellement schizophrénique. Étonnamment, c’est à un âge avancé, quand on a tout réussi, que ce sentiment revient en force, poursuit-il. Or à partir du moment où tu acceptes de reconnaître ta douleur, ça va beaucoup mieux. Je ne veux plus tricher : oui ça me manque, oui je ne me sens plus nulle part chez moi. Je suis chez moi partout. »

Un reclus volontaire

Un citoyen du monde, en somme, riche de sa dimension multiculturelle ? « On dit ça pour panser les blessures. Oui, je suis bien partout, mais j’ai vécu une césarienne, on m’a arraché, à un moment donné, de cette région du monde, cet Orient cosmopolite, avec ses poètes, ses musiciens, l’immense Cavafi grec, Moustaki, etc... ».
Exil et déracinement sont donc le lot du héros et de son auteur. Mais une autre thématique, puissante, sous-tend également le dernier roman de Gilbert Sinoué. Théophane Debbané est ce mandarin infatué, aveuglé par la réussite et coupé de la réalité, comme le sont nombre de personnes arrivées au sommet. Face à un événement dramatique (que sa propre vanité a déclenché), il devient un reclus volontaire sur une île, n’attendant plus rien de la vie. C’est alors qu’a lieu la rencontre avec la jeune Antonia, révoltée et meurtrie par l’injustice qui frappe son corps. Entre ces deux écorchés vifs, c’est l’histoire d’un nouveau départ, une reconstruction par le partage de la souffrance et l’ouverture à l’autre.

« Quelqu’un qui souffre n’est pas nécessairement guéri par une personne en bonne santé, précise Sinoué. On a souvent vu des hommes et des femmes, blessés dans leur chair ou leur âme, partir en Afrique ou ailleurs, couper les ponts et se consacrer aux autres. Se frotter à la douleur des autres permet souvent de guérir notre propre douleur. »

Voici donc un roman sur le salut qui passe par l’autre. L’amour est forcément au bout du chemin, et l’homme qui regardait la nuit, au seuil d’une aube nouvelle.

Voir sir le site du quotidien libanais L’Orient-Le Jour

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)