Cinéma - “Tramontane” : un musicien aveugle comme métaphore du Liban - En salle depuis le 1er mars 2017 en France

Pour son premier long-métrage, le réalisateur Vatche Boulghourjian suit la quête d’identité d’un jeune aveugle dans un Liban hanté par les spectres de la guerre civile. Le film, porté par un acteur non voyant dont c’est la première expérience au cinéma, sort ce 1er mars en France.

Désignant un vent qui souffle en Méditerranée, la tramontane, qui donne son titre au premier long-métrage de Vatche Boulghourjian, peut aussi, dans une autre acception, signifier “une certaine désorientation”, explique le quotidien libanais L’Orient-Le Jour : “Georges Brassens ne chantait-il pas ‘J’ai perdu la tramontane’  ?”


Lien : Sur Courrier International

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)